Community Management et entrepreneuriat jeune

Au pays de Ruben Um Nyobe, être community manager, relève de beaucoup d’acrobaties.

Soit, vous avez été formé à l’extérieur du pays et vous êtes rentré exercer ici, soit vous vous êtes formé en autodidacte ici avant d’exercer. La deuxième catégorie représente approximativement 60% des community managers au Cameroun.

Pour ce billet, j’aimerai me pencher sur cette catégorie de CMs là qui ont tout appris d’eux-même. Les métiers liés au digital (à ne pas confondre avec numérique) sont pour la plupart, des métiers embryonnaires au Cameroun. En raison de cela, ceux qui exercent dans ces corps de métier là, ce sont dans la majeur partie formés en autodidactes, via des certifications sur Internet, via un apprentissage plus au moins maladroit de la chose. Il est donc à comprendre le boom de startup tech/digital auquel on fait face ici.

 

Le Community management se révèle alors comme un secteur entrepreneurial de façon primaire. Beaucoup y exerçant, moi la première, le font par entreprise. Mais ceci n’est pas anodin ! D’un côté un contexte politco-économique qui nous fait aspirer à l’émergence donc qui pousse la jeunesse à entreprendre, et d’un autre côté, un boom de l’économie numérique. Le métier de community manager se trouve à l’intersection de ses deux grands courants de pensée et de faire faire aujourd’hui.

enquete-des-community-managers-camerounais-2016

Il donc, à pointer ici de  façon forte, que tout comme l’agriculture ou la mode, le marketing digital en général et le community management en particulier, est l’un de ses métiers apparus au Cameroun par le vent entrepreneurial.

Le mot entrepreneuriat est ici utilisé pour souligner l’esprit d’entreprise et pas automatiquement une création d’entreprise. Mais s’il fallait citer quelques uns qui ont choisi l’entrepreneuriat dans le sens économique du terme , nous parlerons de : Christine DJAFA , qui est prestataire de services en Marketing digital à son propre compte. Chedjou Kamdem , fondateur de www.histoiresdecm.com ou encore Jean Pierre BOEP avec l’agence ODB.

Quels sont selon vous, les autres métiers au Cameroun, auxquels nous identifions automatiquement l’entrepreneuriat jeune ?

C.D.

2 réflexions au sujet de « Community Management et entrepreneuriat jeune »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *